Derniers sujets
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Visiteurs
Flag Counter


Identifié une Medaille de propagande francaise en Algérie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Identifié une Medaille de propagande francaise en Algérie

Message par Fridsou le Mar 13 Juil - 16:28

Je cherche à identifier une pièce de la période ottoman, La pièce est très petite et légère, la moitie d’un budju a peu prés.

٠١٢٣٤٥٦٧٨٩

۰۱۲۳۴۵۶۷۸۹

Selon ce qui est sur l’inscription la date est AH ۱۲۵۷ DONC 1857
mais la periode du SULTAN MAHMOUD II est (AH 1223-1253/ 1808-1839)
Boudjou (1830-1848)

Je cherche à identifier cette pièce
Voir les photos






Dernière édition par Fridsou le Mar 27 Juil - 17:56, édité 6 fois
avatar
Fridsou
Accros
Accros

Nombre de messages : 332
Localisation : Saint Bruno, Québec
Collection : Numismatique d'Algérie
Date d'inscription : 26/04/2010

http://algerie-numismatique.e-monsite.com/

Revenir en haut Aller en bas

La réponse se trouve dans l'article

Message par Fridsou le Mer 14 Juil - 17:40

Je demande de l’aide pour identifier cette pièce, mais je croie que je parle seul, il est spécial ce forum. Appart l’administrateur du site qui contribue beaucoup sur les sujets numismatiques, les autres interagissent rarement.
J'ai cru avoir trouvé la réponse concernant la date emise en 1857 apres la periode de 1837 sur cette article de Régis Antoine

-Les monnaies Monétairement aussi, l'Algérie c'était la France

-----La colonisation française en Algérie ? Du point de vue qui nous occupe, c'est une aventure qui commence avec des créances non honorées par la France, puis avec le pillage des trésors de la Casbah, et qui se clôt avec quelques pièces de 20 francs qu'une organisation anti-indépendantiste, l'O.A.S., fait contremarquer de son monogramme à la fin de la guerre de décolonisation. De 1830 donc, à 1962.
------Entre ces deux dates, une période durant laquelle le monnayage de l'Algérie fut une succursale du monnayage français.
-----Au départ, la population algérienne disposait de monnaies turques frappées dans trois villes du deylicat.
-----Ainsi, dans la période d'activité commerciale intense qui avait précédé l'implantation définitive, et qui avait été marquée par la présence
d'établissements français sur la côte, c'est en monnaies turques que se fixaient les redevances payées par les Européens aux Messieurs d'Alger : pachas, officiers ; les rentes qu'ils versaient aux notables algériens responsables de la sécurité des
routes, les présents donatifs destinés à payer les gages des janissaires, les intérêts à change lunaire
des emprunts contractés au taux de 2 à 3 % par mois. Et la population algérienne avait déjà résisté à l'utilisation de jetons qu'une maison de commerce
provençale projetait de faire circuler au Maghreb.
-----Mais la période la plus intéressante pour le numismate concerne les douze années qui suivent la prise d'Alger : elle se caractérise par la coexistence
de plusieurs pouvoirs, et la prise en considération, chez les autorités françaises comme chez l'Emir Abd-el-Kader qui leur résistait, de l'existence à
Alger d'un atelier monétaire muni d'un équipement de frappe, ainsi que de la bonne réception par la population des espèces traditionnelles. Après un
temps d'hésitation les monnayages vont se diversifier de trois manières
- -----Un monnayage de persistance est frappé par le bey de Constantine jusqu'à sa défaite par les Français, soit pendant sept ans : des aspers de cuivre au nom du sultan de Constantinople Mahmoud II, des kharoubs, des boudioud d'argent de 2 à 3 grammes. L'atelier d'Alger, lui, a dû cesser ses émissions l'année même de la conquête, soit 1246 de l'Hégire, avec des quarts de boudjous encore accessibles aujourd'hui au collectionneur.
------ L'introduction par les Français des francs de la métropole, que la population accepte mal. Aussi la France songe-t-elle un moment à rouvrir l'ancien atelier du dey et à utiliser ses flans*. Un arrêté est pris qui impose le cours de la pièce de cinq francs. Comme disent les Africains, c'est le temps de la force. Alors, dans la région kabyle, un mouvement se dessine : des Algériens contremarquent les monnaies de l'occupant de l'inscription "Sultan Mahmoud. Frappe à Alger". Ils tentent ainsi de nier monétairement l'événement colonial.
------ Un monnayage de résistance, à l'initiative du jeune émir Abd-el-Kader. Celui-ci se déclare l'adversaire résolu des envahisseurs et sept ans après leur débarquement, il parvient à exercer son pouvoir sur la plus grande partie de l'Algérie. Dans un premier temps, il a fait demander les coins du dey afin de poursuivre l'émission de monnaies traditionnelles. Le refus des Français de les lui rendre l'amène à produire des pièces radicalement nouvelles, les mohammedia. On peut y lire des formules religieuses : "Dieu nous suffit. Il est le meilleur parti". Monnaies pauvres, de cuivre ou de billon, elles serviront notamment à payer l'impôt nécessaire au renforcement économique de cette nation algérienne, ainsi qu'à la reconstitution et à l'équipement de l'armée, dans les intervalles de
paix.
-----Ainsi, en ces premiers temps de la colonie, les monnaies ont-elles des utilisations plus ou moins
spécifiées. Les mohammedias d'Abd el-Kader, péniblement recueillies dans les zones non encore occupées par les Français, paient la dîme sur les
récoltes (l'achour), l'impôt sur les troupeaux et la contribution exceptionnelle de guerre. Dans les régions conquises, un général collecte des milliers
de boudjous en faisant bastonner les populations.
-----Avec l'argent de France, les vainqueurs
achètent à vil prix les villas de riches Turcs en fuite ; un hectare se loue avec deux pièces d'un franc aux colons les plus pauvres, cependant que des "pionniers" en gants jaunes font travailler leurs terres par des soldats, pour seulement 8 sous par jour.
Quelques années après l'indépendance, des ouvriers travaillant à la pose d'une conduite trouvèrent une jarre contenant 457 de ces monnaies
frappées dans les années 1254 et 1256 de l'Hégire, soit entre mars 1838 et février 1841, dans l'atelier de l'émir, à Taqdemt, trésor qui témoigne donc de
dix années de résistance. B appartient au collectionneur de dater les monnaies algériennes postérieures à la prise d'Alger : à Constantine, rappelons-le, jusqu'en 1837 ; à Tagdemt, jusqu'en 1842. La conquête de l'Algérie, pour l'essentiel, est achevée en 1848, et la Banque d'Algérie est fondée en 1851, c'est-à-dire dans les mêmes années que les Banques de la Martinique, de la Guadeloupe, de la Réunion : les hasards de la chronologie coloniale, dans ses différentes strates, ont fait coïncider des projets monétaires "assimilationnistes" distincts, mais parallèles. Parmi la masse imposante des légendes inscrites sur les coupures et les espèces métalliques de l'Algérie coloniale, les mentions en écriture arabe sont des plus rares, et des plus réduites. Les vignettes des billets de banque vont de l'académique représentation de la Fortune ou de Mercure, et même des anges dessinés par Cabasson au XIX` siècle, jusqu'à un réalisme sobre : femme algérienne souvent dévoilée, esquisse de mosquée ou de chameau. Mais un exemple remarquable de fonctionnement idéologique est fourni par un billet de 1940 qui chante l'effort agricole des colons européens en Algérie. Le sucrier Lebaudy songe à un monnayage qui le consacrerait "empereur du Sahara"...
-----L'assimilation totale au système français se traduit par une masse de jetons monétaires privés qui couvre tous les secteurs, agriculture, industrie, commerce : pièces d'aluminium des Chambres de commerce d'Alger, de Bône, d'Oran ; billets de Sétif, de Philippeville jetons de 0,10 franc de la compagnie minière Mokta el Hadid ; 5 centimes de laiton de la fabrique de crin de Miliana ; jetons de l'Union des commerçants d'Orléansville, ou de
grandes exploitations agricoles comme le Vignoble du Chapeau de Gendarme à Bône.
-----Prolifération paramonétaire où le prétexte : l'Algérie est une colonie de peuplement, sert à en évacuer toute légende en arabe.
-----Au pôle de la production, on remarquera des monnaies privées du vignoble Vera, à Affreville, d'une ferme de plaine de la Mitidja, et de la Mine de Mons-Djemila : il s'agit dans ce cas d'une pièce valant une journée de mineur, et marquée comme telle. Au pôle de la consommation, jeton d'un franc pour l'achat de viande ou de pain, et jeton d'une célèbre maison de prostitution vers 1900, le Chat Noir.
-----Officiellement un billet de 1938 a rendu compte dans une certaine mesure de la personnalité algérienne. En 1944, année troublée en métropole,
les intitulés de billets se font hésitants sur le statut : Région Économique d'Algérie. Mais par la suite, le monnayage colonial reste inchangé, jusque et y compris pendant les années de la guerre d'Indépendance : les mêmes mouettes s'envolent sur le même décor monétaire planté en 1952,et
reproduit en 55, 57, 58... Seule l'indépendance de 1962 révolutionne le système, en remplaçant l'unité monétaire franc par celle du dinar. *Morceau de métal sur lequel vient s'inscrire l'empreinte d'une monnaie


Régis Antoine
L'Histoire Curieuse des Monnaies Coloniales
Ed ACL
http://www.alger-roi.net/Alger/banque/pages/4_monnaies_pn88.htm



Dernière édition par Fridsou le Mer 28 Juil - 0:45, édité 5 fois
avatar
Fridsou
Accros
Accros

Nombre de messages : 332
Localisation : Saint Bruno, Québec
Collection : Numismatique d'Algérie
Date d'inscription : 26/04/2010

http://algerie-numismatique.e-monsite.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Identifié une Medaille de propagande francaise en Algérie

Message par pepin le Mer 14 Juil - 18:21

Ne te fâche pas, tu fais appel à des spécialistes et le forum s'il est spécial n'a pas forcément ce produit sous la main. Par contre je peux te dire qu'une pièce percée en numismatique n'a aucune valeur.
Enfin un grand merci pour ton rajout historique.
avatar
pepin
Un(e) des esprits PhilDz
Un(e) des esprits PhilDz

Nombre de messages : 512
Age : 71
Localisation : Ain Benian
Collection : Timbres d'Algérie, Brésil. Thématique: moutons, oiseaux de Buzin, Huppe fasciée.
Date d'inscription : 13/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Identifié une Medaille de propagande francaise en Algérie

Message par Fridsou le Mer 14 Juil - 18:32

pepin a écrit:Ne te fâche pas, tu fais appel à des spécialistes et le forum s'il est spécial n'a pas forcément ce produit sous la main. Par contre je peux te dire qu'une pièce percée en numismatique n'a aucune valeur.
Enfin un grand merci pour ton rajout historique.

Une pièce rare même percé vaut des sous, moi je l’ai acheté à 2 Euro.
Merci pour ta réponse, un vivant au moins[b]


Dernière édition par Fridsou le Mar 27 Juil - 17:44, édité 3 fois
avatar
Fridsou
Accros
Accros

Nombre de messages : 332
Localisation : Saint Bruno, Québec
Collection : Numismatique d'Algérie
Date d'inscription : 26/04/2010

http://algerie-numismatique.e-monsite.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Identifié une Medaille de propagande francaise en Algérie

Message par pepin le Mer 14 Juil - 19:09

Peu importe le prix, le principal est qu'elle te fasse plaisir car la plupart de ces pieces possèdent un, deux ou trois trous à cause des parures (ceintures,colliers) féminines qui etaient composés de ces pièces. C'est d'ailleurs un excellent endroit de recherche... en Algérie.
avatar
pepin
Un(e) des esprits PhilDz
Un(e) des esprits PhilDz

Nombre de messages : 512
Age : 71
Localisation : Ain Benian
Collection : Timbres d'Algérie, Brésil. Thématique: moutons, oiseaux de Buzin, Huppe fasciée.
Date d'inscription : 13/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Identifié une Medaille de propagande francaise en Algérie

Message par Fridsou le Mer 14 Juil - 19:28

pepin a écrit:Peu importe le prix, le principal est qu'elle te fasse plaisir car la plupart de ces pieces possèdent un, deux ou trois trous à cause des parures (ceintures,colliers) féminines qui etaient composés de ces pièces. C'est d'ailleurs un excellent endroit de recherche... en Algérie.

Merci
Oui je suis comptent de l’avoir, je suis au canada et je l’ai acheté de France, riht Lbled, je récupère notre patrimoine à ma façon.
avatar
Fridsou
Accros
Accros

Nombre de messages : 332
Localisation : Saint Bruno, Québec
Collection : Numismatique d'Algérie
Date d'inscription : 26/04/2010

http://algerie-numismatique.e-monsite.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Identifié une Medaille de propagande francaise en Algérie

Message par seghiri allaoua le Mer 14 Juil - 21:02

bonsoir fridsou, ce n'est pas que les numismates surtout les débutant comme moi, ne peuvent vous répondre rapidement, vous savez qu'il y a un manque de documentation d'une part et surtout on est des amateurs et comme tu viens de le dire que personnellement j'essaye de récupérer a travers mes différentes collections une partie de notre patrimoine qui a été bradé et ce brade toujours par des gens qui n'ont de valeurs que pour l'argent; donc une seconde fois nos excuse, et je lis chaque jour ce qui ce dit sur le forum.
avatar
seghiri allaoua
Accros
Accros

Nombre de messages : 343
Age : 58
Localisation : constantine
Collection : Timbres d'Algérie neuf,
timbre de France neuf,
carte postale de Constantine,
Billet de banque Algérie
carte téléphonique Algérienne
Date d'inscription : 29/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Identifié une Medaille de propagande francaise en Algérie

Message par Fridsou le Mer 14 Juil - 21:27

seghiri allaoua a écrit:bonsoir fridsou, ce n'est pas que les numismates surtout les débutant comme moi, ne peuvent vous répondre rapidement, vous savez qu'il y a un manque de documentation d'une part et surtout on est des amateurs et comme tu viens de le dire que personnellement j'essaye de récupérer a travers mes différentes collections une partie de notre patrimoine qui a été bradé et ce brade toujours par des gens qui n'ont de valeurs que pour l'argent; donc une seconde fois nos excuse, et je lis chaque jour ce qui ce dit sur le forum.

Bonsoir,
Nous sommes tous des débutants, j’apprends tous les jours, je faits des recherches sur le net, je pose des questions à tous le monde et j’essaye de donner des informations pour aider les autres, on n’est pas obligé d’être des experts pour collectionner mais des passionnés simplement.
Tout notre patrimoine se trouve en Europe (spécialement en France) et même aux États unis, par mes sujets aussi j’essaye de montrer qu’il existe beaucoup de pièce et de billet algériens à découvrir.
Ce forum est un précurseur pour les numismates algériens, il faut l’enrichir pour le rendre la référence dans le domaine.
avatar
Fridsou
Accros
Accros

Nombre de messages : 332
Localisation : Saint Bruno, Québec
Collection : Numismatique d'Algérie
Date d'inscription : 26/04/2010

http://algerie-numismatique.e-monsite.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Identifié une Medaille de propagande francaise en Algérie

Message par Fridsou le Ven 23 Juil - 14:31



Dernière édition par Fridsou le Mar 27 Juil - 17:43, édité 1 fois
avatar
Fridsou
Accros
Accros

Nombre de messages : 332
Localisation : Saint Bruno, Québec
Collection : Numismatique d'Algérie
Date d'inscription : 26/04/2010

http://algerie-numismatique.e-monsite.com/

Revenir en haut Aller en bas

Sujet Clos: Medaille de propagande

Message par Fridsou le Lun 26 Juil - 3:19

Enameled medalet 17mm French Victories in Algeria 1857, Réference J.Lecompte "Monnaies et jetons des Colonies Francaises " (Gadoury 1957 ) PAGE 53
Désolé, Ce n'est pas une pièce ottomane mais une médaille de propagande de la victoire française en Algérie de 1857.

1857 - (ref. 100)
Médaille commémorant la victoire du Maréchal Randon en Kabylie (en arabe). médaille nickel

J’ai fait une super affaire, acheté à 2 euro, elle coute au moins 20 fois ca.

VICTOIRE FRANCAISE EN KABYLIE
MEDAILLE DE PROPAGANDE - 27mm - TROUEE - 1857 TTB/SUP 50 euros
MEDAILLE DE PROPAGANDE - 27mm - 1857 SUP/FDC 100 euros
MEDAILLE DE PROPAGANDE - 26mm - 1857 SUP/FDC 150 euros
MEDAILLE DE PROPAGANDE - 24mm - TROUEE - 1857 SUP 50 euros
MEDAILLE DE PROPAGANDE - 23mm - 1857 TTB/SUP 60 euros
MEDAILLE DE PROPAGANDE - 16mm - 1857 TTB/SUP 50 euros
MEDAILLE DE PROPAGANDE - 14mm - 1857 SUP 50 euros
MEDAILLE DE PROPAGANDE - 12mm - 1857 FDC 80 euros

http://numis.marseille.free.fr/algerie.htm
avatar
Fridsou
Accros
Accros

Nombre de messages : 332
Localisation : Saint Bruno, Québec
Collection : Numismatique d'Algérie
Date d'inscription : 26/04/2010

http://algerie-numismatique.e-monsite.com/

Revenir en haut Aller en bas

fORUM SPECIAL ???

Message par gerard974 le Jeu 29 Juil - 17:06

Fridsou a écrit:Je demande de l’aide pour identifier cette pièce, mais je croie que je parle seul, il est spécial ce forum. Appart l’administrateur du site qui contribue beaucoup sur les sujets numismatiques, les autres interagissent rarement.
J'ai cru avoir trouvé la réponse concernant la date emise en 1857 apres la periode de 1837 sur cette article de Régis Antoine

-Les monnaies Monétairement aussi, l'Algérie c'était la France

-----La colonisation française en Algérie ? Du point de vue qui nous occupe, c'est une aventure qui commence avec des créances non honorées par la France, puis avec le pillage des trésors de la Casbah, et qui se clôt avec quelques pièces de 20 francs qu'une organisation anti-indépendantiste, l'O.A.S., fait contremarquer de son monogramme à la fin de la guerre de décolonisation. De 1830 donc, à 1962.
------Entre ces deux dates, une période durant laquelle le monnayage de l'Algérie fut une succursale du monnayage français.
-----Au départ, la population algérienne disposait de monnaies turques frappées dans trois villes du deylicat.
-----Ainsi, dans la période d'activité commerciale intense qui avait précédé l'implantation définitive, et qui avait été marquée par la présence
d'établissements français sur la côte, c'est en monnaies turques que se fixaient les redevances payées par les Européens aux Messieurs d'Alger : pachas, officiers ; les rentes qu'ils versaient aux notables algériens responsables de la sécurité des
routes, les présents donatifs destinés à payer les gages des janissaires, les intérêts à change lunaire
des emprunts contractés au taux de 2 à 3 % par mois. Et la population algérienne avait déjà résisté à l'utilisation de jetons qu'une maison de commerce
provençale projetait de faire circuler au Maghreb.
-----Mais la période la plus intéressante pour le numismate concerne les douze années qui suivent la prise d'Alger : elle se caractérise par la coexistence
de plusieurs pouvoirs, et la prise en considération, chez les autorités françaises comme chez l'Emir Abd-el-Kader qui leur résistait, de l'existence à
Alger d'un atelier monétaire muni d'un équipement de frappe, ainsi que de la bonne réception par la population des espèces traditionnelles. Après un
temps d'hésitation les monnayages vont se diversifier de trois manières
- -----Un monnayage de persistance est frappé par le bey de Constantine jusqu'à sa défaite par les Français, soit pendant sept ans : des aspers de cuivre au nom du sultan de Constantinople Mahmoud II, des kharoubs, des boudioud d'argent de 2 à 3 grammes. L'atelier d'Alger, lui, a dû cesser ses émissions l'année même de la conquête, soit 1246 de l'Hégire, avec des quarts de boudjous encore accessibles aujourd'hui au collectionneur.
------ L'introduction par les Français des francs de la métropole, que la population accepte mal. Aussi la France songe-t-elle un moment à rouvrir l'ancien atelier du dey et à utiliser ses flans*. Un arrêté est pris qui impose le cours de la pièce de cinq francs. Comme disent les Africains, c'est le temps de la force. Alors, dans la région kabyle, un mouvement se dessine : des Algériens contremarquent les monnaies de l'occupant de l'inscription "Sultan Mahmoud. Frappe à Alger". Ils tentent ainsi de nier monétairement l'événement colonial.
------ Un monnayage de résistance, à l'initiative du jeune émir Abd-el-Kader. Celui-ci se déclare l'adversaire résolu des envahisseurs et sept ans après leur débarquement, il parvient à exercer son pouvoir sur la plus grande partie de l'Algérie. Dans un premier temps, il a fait demander les coins du dey afin de poursuivre l'émission de monnaies traditionnelles. Le refus des Français de les lui rendre l'amène à produire des pièces radicalement nouvelles, les mohammedia. On peut y lire des formules religieuses : "Dieu nous suffit. Il est le meilleur parti". Monnaies pauvres, de cuivre ou de billon, elles serviront notamment à payer l'impôt nécessaire au renforcement économique de cette nation algérienne, ainsi qu'à la reconstitution et à l'équipement de l'armée, dans les intervalles de
paix.
-----Ainsi, en ces premiers temps de la colonie, les monnaies ont-elles des utilisations plus ou moins
spécifiées. Les mohammedias d'Abd el-Kader, péniblement recueillies dans les zones non encore occupées par les Français, paient la dîme sur les
récoltes (l'achour), l'impôt sur les troupeaux et la contribution exceptionnelle de guerre. Dans les régions conquises, un général collecte des milliers
de boudjous en faisant bastonner les populations.
-----Avec l'argent de France, les vainqueurs
achètent à vil prix les villas de riches Turcs en fuite ; un hectare se loue avec deux pièces d'un franc aux colons les plus pauvres, cependant que des "pionniers" en gants jaunes font travailler leurs terres par des soldats, pour seulement 8 sous par jour.
Quelques années après l'indépendance, des ouvriers travaillant à la pose d'une conduite trouvèrent une jarre contenant 457 de ces monnaies
frappées dans les années 1254 et 1256 de l'Hégire, soit entre mars 1838 et février 1841, dans l'atelier de l'émir, à Taqdemt, trésor qui témoigne donc de
dix années de résistance. B appartient au collectionneur de dater les monnaies algériennes postérieures à la prise d'Alger : à Constantine, rappelons-le, jusqu'en 1837 ; à Tagdemt, jusqu'en 1842. La conquête de l'Algérie, pour l'essentiel, est achevée en 1848, et la Banque d'Algérie est fondée en 1851, c'est-à-dire dans les mêmes années que les Banques de la Martinique, de la Guadeloupe, de la Réunion : les hasards de la chronologie coloniale, dans ses différentes strates, ont fait coïncider des projets monétaires "assimilationnistes" distincts, mais parallèles. Parmi la masse imposante des légendes inscrites sur les coupures et les espèces métalliques de l'Algérie coloniale, les mentions en écriture arabe sont des plus rares, et des plus réduites. Les vignettes des billets de banque vont de l'académique représentation de la Fortune ou de Mercure, et même des anges dessinés par Cabasson au XIX` siècle, jusqu'à un réalisme sobre : femme algérienne souvent dévoilée, esquisse de mosquée ou de chameau. Mais un exemple remarquable de fonctionnement idéologique est fourni par un billet de 1940 qui chante l'effort agricole des colons européens en Algérie. Le sucrier Lebaudy songe à un monnayage qui le consacrerait "empereur du Sahara"...
-----L'assimilation totale au système français se traduit par une masse de jetons monétaires privés qui couvre tous les secteurs, agriculture, industrie, commerce : pièces d'aluminium des Chambres de commerce d'Alger, de Bône, d'Oran ; billets de Sétif, de Philippeville jetons de 0,10 franc de la compagnie minière Mokta el Hadid ; 5 centimes de laiton de la fabrique de crin de Miliana ; jetons de l'Union des commerçants d'Orléansville, ou de
grandes exploitations agricoles comme le Vignoble du Chapeau de Gendarme à Bône.
-----Prolifération paramonétaire où le prétexte : l'Algérie est une colonie de peuplement, sert à en évacuer toute légende en arabe.
-----Au pôle de la production, on remarquera des monnaies privées du vignoble Vera, à Affreville, d'une ferme de plaine de la Mitidja, et de la Mine de Mons-Djemila : il s'agit dans ce cas d'une pièce valant une journée de mineur, et marquée comme telle. Au pôle de la consommation, jeton d'un franc pour l'achat de viande ou de pain, et jeton d'une célèbre maison de prostitution vers 1900, le Chat Noir.
-----Officiellement un billet de 1938 a rendu compte dans une certaine mesure de la personnalité algérienne. En 1944, année troublée en métropole,
les intitulés de billets se font hésitants sur le statut : Région Économique d'Algérie. Mais par la suite, le monnayage colonial reste inchangé, jusque et y compris pendant les années de la guerre d'Indépendance : les mêmes mouettes s'envolent sur le même décor monétaire planté en 1952,et
reproduit en 55, 57, 58... Seule l'indépendance de 1962 révolutionne le système, en remplaçant l'unité monétaire franc par celle du dinar. *Morceau de métal sur lequel vient s'inscrire l'empreinte d'une monnaie


Régis Antoine
L'Histoire Curieuse des Monnaies Coloniales
Ed ACL
http://www.alger-roi.net/Alger/banque/pages/4_monnaies_pn88.htm

Bonjour
Ce forum est special,peut etre,mais avant de critiquer essayer de repondre lorsque l'on vous envoie un message meme si ça ne vous interesse pas (25 avril 2010)
Sans rancune Gerard
avatar
gerard974
Timbré(e)
Timbré(e)

Nombre de messages : 187
Age : 72
Localisation : ile de la Reunion
Collection : pieces de monnaie du monde
Date d'inscription : 15/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Identifié une Medaille de propagande francaise en Algérie

Message par Fridsou le Jeu 29 Juil - 17:24

gerard974 a écrit:
Fridsou a écrit:Je demande de l’aide pour identifier cette pièce, mais je croie que je parle seul, il est spécial ce forum. Appart l’administrateur du site qui contribue beaucoup sur les sujets numismatiques, les autres interagissent rarement.
J'ai cru avoir trouvé la réponse concernant la date emise en 1857 apres la periode de 1837 sur cette article de Régis Antoine

-Les monnaies Monétairement aussi, l'Algérie c'était la France

-----La colonisation française en Algérie ? Du point de vue qui nous occupe, c'est une aventure qui commence avec des créances non honorées par la France, puis avec le pillage des trésors de la Casbah, et qui se clôt avec quelques pièces de 20 francs qu'une organisation anti-indépendantiste, l'O.A.S., fait contremarquer de son monogramme à la fin de la guerre de décolonisation. De 1830 donc, à 1962.
------Entre ces deux dates, une période durant laquelle le monnayage de l'Algérie fut une succursale du monnayage français.
-----Au départ, la population algérienne disposait de monnaies turques frappées dans trois villes du deylicat.
-----Ainsi, dans la période d'activité commerciale intense qui avait précédé l'implantation définitive, et qui avait été marquée par la présence
d'établissements français sur la côte, c'est en monnaies turques que se fixaient les redevances payées par les Européens aux Messieurs d'Alger : pachas, officiers ; les rentes qu'ils versaient aux notables algériens responsables de la sécurité des
routes, les présents donatifs destinés à payer les gages des janissaires, les intérêts à change lunaire
des emprunts contractés au taux de 2 à 3 % par mois. Et la population algérienne avait déjà résisté à l'utilisation de jetons qu'une maison de commerce
provençale projetait de faire circuler au Maghreb.
-----Mais la période la plus intéressante pour le numismate concerne les douze années qui suivent la prise d'Alger : elle se caractérise par la coexistence
de plusieurs pouvoirs, et la prise en considération, chez les autorités françaises comme chez l'Emir Abd-el-Kader qui leur résistait, de l'existence à
Alger d'un atelier monétaire muni d'un équipement de frappe, ainsi que de la bonne réception par la population des espèces traditionnelles. Après un
temps d'hésitation les monnayages vont se diversifier de trois manières
- -----Un monnayage de persistance est frappé par le bey de Constantine jusqu'à sa défaite par les Français, soit pendant sept ans : des aspers de cuivre au nom du sultan de Constantinople Mahmoud II, des kharoubs, des boudioud d'argent de 2 à 3 grammes. L'atelier d'Alger, lui, a dû cesser ses émissions l'année même de la conquête, soit 1246 de l'Hégire, avec des quarts de boudjous encore accessibles aujourd'hui au collectionneur.
------ L'introduction par les Français des francs de la métropole, que la population accepte mal. Aussi la France songe-t-elle un moment à rouvrir l'ancien atelier du dey et à utiliser ses flans*. Un arrêté est pris qui impose le cours de la pièce de cinq francs. Comme disent les Africains, c'est le temps de la force. Alors, dans la région kabyle, un mouvement se dessine : des Algériens contremarquent les monnaies de l'occupant de l'inscription "Sultan Mahmoud. Frappe à Alger". Ils tentent ainsi de nier monétairement l'événement colonial.
------ Un monnayage de résistance, à l'initiative du jeune émir Abd-el-Kader. Celui-ci se déclare l'adversaire résolu des envahisseurs et sept ans après leur débarquement, il parvient à exercer son pouvoir sur la plus grande partie de l'Algérie. Dans un premier temps, il a fait demander les coins du dey afin de poursuivre l'émission de monnaies traditionnelles. Le refus des Français de les lui rendre l'amène à produire des pièces radicalement nouvelles, les mohammedia. On peut y lire des formules religieuses : "Dieu nous suffit. Il est le meilleur parti". Monnaies pauvres, de cuivre ou de billon, elles serviront notamment à payer l'impôt nécessaire au renforcement économique de cette nation algérienne, ainsi qu'à la reconstitution et à l'équipement de l'armée, dans les intervalles de
paix.
-----Ainsi, en ces premiers temps de la colonie, les monnaies ont-elles des utilisations plus ou moins
spécifiées. Les mohammedias d'Abd el-Kader, péniblement recueillies dans les zones non encore occupées par les Français, paient la dîme sur les
récoltes (l'achour), l'impôt sur les troupeaux et la contribution exceptionnelle de guerre. Dans les régions conquises, un général collecte des milliers
de boudjous en faisant bastonner les populations.
-----Avec l'argent de France, les vainqueurs
achètent à vil prix les villas de riches Turcs en fuite ; un hectare se loue avec deux pièces d'un franc aux colons les plus pauvres, cependant que des "pionniers" en gants jaunes font travailler leurs terres par des soldats, pour seulement 8 sous par jour.
Quelques années après l'indépendance, des ouvriers travaillant à la pose d'une conduite trouvèrent une jarre contenant 457 de ces monnaies
frappées dans les années 1254 et 1256 de l'Hégire, soit entre mars 1838 et février 1841, dans l'atelier de l'émir, à Taqdemt, trésor qui témoigne donc de
dix années de résistance. B appartient au collectionneur de dater les monnaies algériennes postérieures à la prise d'Alger : à Constantine, rappelons-le, jusqu'en 1837 ; à Tagdemt, jusqu'en 1842. La conquête de l'Algérie, pour l'essentiel, est achevée en 1848, et la Banque d'Algérie est fondée en 1851, c'est-à-dire dans les mêmes années que les Banques de la Martinique, de la Guadeloupe, de la Réunion : les hasards de la chronologie coloniale, dans ses différentes strates, ont fait coïncider des projets monétaires "assimilationnistes" distincts, mais parallèles. Parmi la masse imposante des légendes inscrites sur les coupures et les espèces métalliques de l'Algérie coloniale, les mentions en écriture arabe sont des plus rares, et des plus réduites. Les vignettes des billets de banque vont de l'académique représentation de la Fortune ou de Mercure, et même des anges dessinés par Cabasson au XIX` siècle, jusqu'à un réalisme sobre : femme algérienne souvent dévoilée, esquisse de mosquée ou de chameau. Mais un exemple remarquable de fonctionnement idéologique est fourni par un billet de 1940 qui chante l'effort agricole des colons européens en Algérie. Le sucrier Lebaudy songe à un monnayage qui le consacrerait "empereur du Sahara"...
-----L'assimilation totale au système français se traduit par une masse de jetons monétaires privés qui couvre tous les secteurs, agriculture, industrie, commerce : pièces d'aluminium des Chambres de commerce d'Alger, de Bône, d'Oran ; billets de Sétif, de Philippeville jetons de 0,10 franc de la compagnie minière Mokta el Hadid ; 5 centimes de laiton de la fabrique de crin de Miliana ; jetons de l'Union des commerçants d'Orléansville, ou de
grandes exploitations agricoles comme le Vignoble du Chapeau de Gendarme à Bône.
-----Prolifération paramonétaire où le prétexte : l'Algérie est une colonie de peuplement, sert à en évacuer toute légende en arabe.
-----Au pôle de la production, on remarquera des monnaies privées du vignoble Vera, à Affreville, d'une ferme de plaine de la Mitidja, et de la Mine de Mons-Djemila : il s'agit dans ce cas d'une pièce valant une journée de mineur, et marquée comme telle. Au pôle de la consommation, jeton d'un franc pour l'achat de viande ou de pain, et jeton d'une célèbre maison de prostitution vers 1900, le Chat Noir.
-----Officiellement un billet de 1938 a rendu compte dans une certaine mesure de la personnalité algérienne. En 1944, année troublée en métropole,
les intitulés de billets se font hésitants sur le statut : Région Économique d'Algérie. Mais par la suite, le monnayage colonial reste inchangé, jusque et y compris pendant les années de la guerre d'Indépendance : les mêmes mouettes s'envolent sur le même décor monétaire planté en 1952,et
reproduit en 55, 57, 58... Seule l'indépendance de 1962 révolutionne le système, en remplaçant l'unité monétaire franc par celle du dinar. *Morceau de métal sur lequel vient s'inscrire l'empreinte d'une monnaie


Régis Antoine
L'Histoire Curieuse des Monnaies Coloniales
Ed ACL
http://www.alger-roi.net/Alger/banque/pages/4_monnaies_pn88.htm

Bonjour
Ce forum est special,peut etre,mais avant de critiquer essayer de repondre lorsque l'on vous envoie un message meme si ça ne vous interesse pas (25 avril 2010)
Sans rancune Gerard


Bonjour,

Répondre à quoi et à qui, professeur, avant de prendre les choses par en haut, visitez le forum, j’ai répondu à tous mes messages.
Je critique comme je veux et quand je le veux, tant que le but reste constructif, apportez votre contribution et allez donner des leçons à vos enfants.
Voila ma Date d'inscription au forum: 26/04/2010, alors comment m'as tu envoyé un message un jour avant soit le 25 avril 2010.
À ton âge c’est pas bien de mentir, tu as besoin d'un bon café.

Merci et Bonne journée


Dernière édition par Fridsou le Ven 30 Juil - 16:52, édité 2 fois
avatar
Fridsou
Accros
Accros

Nombre de messages : 332
Localisation : Saint Bruno, Québec
Collection : Numismatique d'Algérie
Date d'inscription : 26/04/2010

http://algerie-numismatique.e-monsite.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Identifié une Medaille de propagande francaise en Algérie

Message par gerard974 le Ven 30 Juil - 4:18

Fridsou a écrit:
gerard974 a écrit:
Fridsou a écrit:Je demande de l’aide pour identifier cette pièce, mais je croie que je parle seul, il est spécial ce forum. Appart l’administrateur du site qui contribue beaucoup sur les sujets numismatiques, les autres interagissent rarement.
J'ai cru avoir trouvé la réponse concernant la date emise en 1857 apres la periode de 1837 sur cette article de Régis Antoine

-Les monnaies Monétairement aussi, l'Algérie c'était la France

-----La colonisation française en Algérie ? Du point de vue qui nous occupe, c'est une aventure qui commence avec des créances non honorées par la France, puis avec le pillage des trésors de la Casbah, et qui se clôt avec quelques pièces de 20 francs qu'une organisation anti-indépendantiste, l'O.A.S., fait contremarquer de son monogramme à la fin de la guerre de décolonisation. De 1830 donc, à 1962.
------Entre ces deux dates, une période durant laquelle le monnayage de l'Algérie fut une succursale du monnayage français.
-----Au départ, la population algérienne disposait de monnaies turques frappées dans trois villes du deylicat.
-----Ainsi, dans la période d'activité commerciale intense qui avait précédé l'implantation définitive, et qui avait été marquée par la présence
d'établissements français sur la côte, c'est en monnaies turques que se fixaient les redevances payées par les Européens aux Messieurs d'Alger : pachas, officiers ; les rentes qu'ils versaient aux notables algériens responsables de la sécurité des
routes, les présents donatifs destinés à payer les gages des janissaires, les intérêts à change lunaire
des emprunts contractés au taux de 2 à 3 % par mois. Et la population algérienne avait déjà résisté à l'utilisation de jetons qu'une maison de commerce
provençale projetait de faire circuler au Maghreb.
-----Mais la période la plus intéressante pour le numismate concerne les douze années qui suivent la prise d'Alger : elle se caractérise par la coexistence
de plusieurs pouvoirs, et la prise en considération, chez les autorités françaises comme chez l'Emir Abd-el-Kader qui leur résistait, de l'existence à
Alger d'un atelier monétaire muni d'un équipement de frappe, ainsi que de la bonne réception par la population des espèces traditionnelles. Après un
temps d'hésitation les monnayages vont se diversifier de trois manières
- -----Un monnayage de persistance est frappé par le bey de Constantine jusqu'à sa défaite par les Français, soit pendant sept ans : des aspers de cuivre au nom du sultan de Constantinople Mahmoud II, des kharoubs, des boudioud d'argent de 2 à 3 grammes. L'atelier d'Alger, lui, a dû cesser ses émissions l'année même de la conquête, soit 1246 de l'Hégire, avec des quarts de boudjous encore accessibles aujourd'hui au collectionneur.
------ L'introduction par les Français des francs de la métropole, que la population accepte mal. Aussi la France songe-t-elle un moment à rouvrir l'ancien atelier du dey et à utiliser ses flans*. Un arrêté est pris qui impose le cours de la pièce de cinq francs. Comme disent les Africains, c'est le temps de la force. Alors, dans la région kabyle, un mouvement se dessine : des Algériens contremarquent les monnaies de l'occupant de l'inscription "Sultan Mahmoud. Frappe à Alger". Ils tentent ainsi de nier monétairement l'événement colonial.
------ Un monnayage de résistance, à l'initiative du jeune émir Abd-el-Kader. Celui-ci se déclare l'adversaire résolu des envahisseurs et sept ans après leur débarquement, il parvient à exercer son pouvoir sur la plus grande partie de l'Algérie. Dans un premier temps, il a fait demander les coins du dey afin de poursuivre l'émission de monnaies traditionnelles. Le refus des Français de les lui rendre l'amène à produire des pièces radicalement nouvelles, les mohammedia. On peut y lire des formules religieuses : "Dieu nous suffit. Il est le meilleur parti". Monnaies pauvres, de cuivre ou de billon, elles serviront notamment à payer l'impôt nécessaire au renforcement économique de cette nation algérienne, ainsi qu'à la reconstitution et à l'équipement de l'armée, dans les intervalles de
paix.
-----Ainsi, en ces premiers temps de la colonie, les monnaies ont-elles des utilisations plus ou moins
spécifiées. Les mohammedias d'Abd el-Kader, péniblement recueillies dans les zones non encore occupées par les Français, paient la dîme sur les
récoltes (l'achour), l'impôt sur les troupeaux et la contribution exceptionnelle de guerre. Dans les régions conquises, un général collecte des milliers
de boudjous en faisant bastonner les populations.
-----Avec l'argent de France, les vainqueurs
achètent à vil prix les villas de riches Turcs en fuite ; un hectare se loue avec deux pièces d'un franc aux colons les plus pauvres, cependant que des "pionniers" en gants jaunes font travailler leurs terres par des soldats, pour seulement 8 sous par jour.
Quelques années après l'indépendance, des ouvriers travaillant à la pose d'une conduite trouvèrent une jarre contenant 457 de ces monnaies
frappées dans les années 1254 et 1256 de l'Hégire, soit entre mars 1838 et février 1841, dans l'atelier de l'émir, à Taqdemt, trésor qui témoigne donc de
dix années de résistance. B appartient au collectionneur de dater les monnaies algériennes postérieures à la prise d'Alger : à Constantine, rappelons-le, jusqu'en 1837 ; à Tagdemt, jusqu'en 1842. La conquête de l'Algérie, pour l'essentiel, est achevée en 1848, et la Banque d'Algérie est fondée en 1851, c'est-à-dire dans les mêmes années que les Banques de la Martinique, de la Guadeloupe, de la Réunion : les hasards de la chronologie coloniale, dans ses différentes strates, ont fait coïncider des projets monétaires "assimilationnistes" distincts, mais parallèles. Parmi la masse imposante des légendes inscrites sur les coupures et les espèces métalliques de l'Algérie coloniale, les mentions en écriture arabe sont des plus rares, et des plus réduites. Les vignettes des billets de banque vont de l'académique représentation de la Fortune ou de Mercure, et même des anges dessinés par Cabasson au XIX` siècle, jusqu'à un réalisme sobre : femme algérienne souvent dévoilée, esquisse de mosquée ou de chameau. Mais un exemple remarquable de fonctionnement idéologique est fourni par un billet de 1940 qui chante l'effort agricole des colons européens en Algérie. Le sucrier Lebaudy songe à un monnayage qui le consacrerait "empereur du Sahara"...
-----L'assimilation totale au système français se traduit par une masse de jetons monétaires privés qui couvre tous les secteurs, agriculture, industrie, commerce : pièces d'aluminium des Chambres de commerce d'Alger, de Bône, d'Oran ; billets de Sétif, de Philippeville jetons de 0,10 franc de la compagnie minière Mokta el Hadid ; 5 centimes de laiton de la fabrique de crin de Miliana ; jetons de l'Union des commerçants d'Orléansville, ou de
grandes exploitations agricoles comme le Vignoble du Chapeau de Gendarme à Bône.
-----Prolifération paramonétaire où le prétexte : l'Algérie est une colonie de peuplement, sert à en évacuer toute légende en arabe.
-----Au pôle de la production, on remarquera des monnaies privées du vignoble Vera, à Affreville, d'une ferme de plaine de la Mitidja, et de la Mine de Mons-Djemila : il s'agit dans ce cas d'une pièce valant une journée de mineur, et marquée comme telle. Au pôle de la consommation, jeton d'un franc pour l'achat de viande ou de pain, et jeton d'une célèbre maison de prostitution vers 1900, le Chat Noir.
-----Officiellement un billet de 1938 a rendu compte dans une certaine mesure de la personnalité algérienne. En 1944, année troublée en métropole,
les intitulés de billets se font hésitants sur le statut : Région Économique d'Algérie. Mais par la suite, le monnayage colonial reste inchangé, jusque et y compris pendant les années de la guerre d'Indépendance : les mêmes mouettes s'envolent sur le même décor monétaire planté en 1952,et
reproduit en 55, 57, 58... Seule l'indépendance de 1962 révolutionne le système, en remplaçant l'unité monétaire franc par celle du dinar. *Morceau de métal sur lequel vient s'inscrire l'empreinte d'une monnaie


Régis Antoine
L'Histoire Curieuse des Monnaies Coloniales
Ed ACL
http://www.alger-roi.net/Alger/banque/pages/4_monnaies_pn88.htm

Bonjour
Ce forum est special,peut etre,mais avant de critiquer essayer de repondre lorsque l'on vous envoie un message meme si ça ne vous interesse pas (25 avril 2010)
Sans rancune Gerard


Bonjour,

Répondre à quoi et à qui, professeur, avant de prendre les choses par en haut, visitez le forum, j’ai répondu à tous mes messages.
Je critique comme je veux et quand je le veux, tant que le but reste constructif, apportez votre contribution et allez donner des leçons à vos enfants.
Voila ma Date d'inscription au forum: 26/04/2010, alors comment m'as tu envoyé un message un jour avant soit le 25 avril 2010.
À ton âge c’est pas bien de mentir,tu as besoin d'un bon café.

Merci et Bonne journée
Voila mon message . Si j'ai reçu une reponse j'y suis passe a coté et vous demande de m'excuser platement
Gerard
felicitations
par gerard974 le Mar 27 Avr 2010, 07:13

.Fridsou a écrit:
25 Centimes 1915 Union des commercants d'orleansville CHLEF


10 Centimes 1915 Union des commercants d'orleansville CHLEF


05 Centimes 1915 Union des commercants d'orleansville CHLEF

Bonjour
Tout dabord felicitation pour vos billets car ils sont tres beaux.Maintenant j'ose une question,a tout hasard comme vous avez des billets,n'auriez vous pas des jetons metaliques de ces memes chambres de commerce ?.
Cordialement Gerard
avatar
gerard974
Timbré(e)
Timbré(e)

Nombre de messages : 187
Age : 72
Localisation : ile de la Reunion
Collection : pieces de monnaie du monde
Date d'inscription : 15/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Identifié une Medaille de propagande francaise en Algérie

Message par gerard974 le Ven 30 Juil - 4:20

Voila mon message . Si j'ai reçu une reponse j'y suis passe a coté et vous demande de m'excuser platement
Gerard
felicitations
par gerard974 le Mar 27 Avr 2010, 07:13

.Fridsou a écrit:
25 Centimes 1915 Union des commercants d'orleansville CHLEF


10 Centimes 1915 Union des commercants d'orleansville CHLEF


05 Centimes 1915 Union des commercants d'orleansville CHLEF

Bonjour
Tout dabord felicitation pour vos billets car ils sont tres beaux.Maintenant j'ose une question,a tout hasard comme vous avez des billets,n'auriez vous pas des jetons metaliques de ces memes chambres de commerce ?.
Cordialement Gerard
avatar
gerard974
Timbré(e)
Timbré(e)

Nombre de messages : 187
Age : 72
Localisation : ile de la Reunion
Collection : pieces de monnaie du monde
Date d'inscription : 15/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Identifié une Medaille de propagande francaise en Algérie

Message par Fridsou le Ven 30 Juil - 13:22

gerard974 a écrit:Voila mon message . Si j'ai reçu une reponse j'y suis passe a coté et vous demande de m'excuser platement
Gerard
felicitations
par gerard974 le Mar 27 Avr 2010, 07:13

.Fridsou a écrit:
25 Centimes 1915 Union des commercants d'orleansville CHLEF

10 Centimes 1915 Union des commercants d'orleansville CHLEF

05 Centimes 1915 Union des commercants d'orleansville CHLEF

Bonjour
Tout dabord felicitation pour vos billets car ils sont tres beaux.Maintenant j'ose une question,a tout hasard comme vous avez des billets,n'auriez vous pas des jetons metaliques de ces memes chambres de commerce ?.
Cordialement Gerard

Bonjour,

Reste que ce n’est pas le bon endroit pour parler, il faut parler de ca dans le sujet des chambres de commerce.

Merci et Bonne journée







Dernière édition par Fridsou le Ven 30 Juil - 15:07, édité 1 fois
avatar
Fridsou
Accros
Accros

Nombre de messages : 332
Localisation : Saint Bruno, Québec
Collection : Numismatique d'Algérie
Date d'inscription : 26/04/2010

http://algerie-numismatique.e-monsite.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Identifié une Medaille de propagande francaise en Algérie

Message par gerard974 le Ven 30 Juil - 13:54

Rebonjour
Ce n'est pas une incomprehention de ma part,la reponse je ne l'ai jamais eu. Chambre de commerce ou pas le debat peu se faire n'importe ou .Quand a mes enfants je n'en ai qu'un je l'eduque comme je le peux et je pense qu'elle a une tres bonne education . Continuez a diffuser votre savoir envers les autres collectionneurs ,car comme l'on dit c'est comme la confiture sur une tartine moins on en a plus on l'etale. Pour moi le sujet est clos je ne repondrais a plus aucun message venant de votre part
Cordialement Gerard
avatar
gerard974
Timbré(e)
Timbré(e)

Nombre de messages : 187
Age : 72
Localisation : ile de la Reunion
Collection : pieces de monnaie du monde
Date d'inscription : 15/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Identifié une Medaille de propagande francaise en Algérie

Message par Fridsou le Ven 30 Juil - 15:23

gerard974 a écrit:Rebonjour
Ce n'est pas une incomprehention de ma part,la reponse je ne l'ai jamais eu. Chambre de commerce ou pas le debat peu se faire n'importe ou .Quand a mes enfants je n'en ai qu'un je l'eduque comme je le peux et je pense qu'elle a une tres bonne education . Continuez a diffuser votre savoir envers les autres collectionneurs ,car comme l'on dit c'est comme la confiture sur une tartine moins on en a plus on l'etale. Pour moi le sujet est clos je ne repondrais a plus aucun message venant de votre part
Cordialement Gerard

Je suis ingénieur et maitre en ingénierie, mon domaine est le génie civil et la numismatique reste une passion seulement.
Comme vous le dite, j’ai rien à étaler, ca reste que c’est un simple forum.
Je pense mourir de ta séparation, je vais remuer ciel et terre pour que vous m’adressiez encore la parole.
Bon vent.


Dernière édition par Fridsou le Jeu 5 Aoû - 21:08, édité 1 fois
avatar
Fridsou
Accros
Accros

Nombre de messages : 332
Localisation : Saint Bruno, Québec
Collection : Numismatique d'Algérie
Date d'inscription : 26/04/2010

http://algerie-numismatique.e-monsite.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Identifié une Medaille de propagande francaise en Algérie

Message par manel le Ven 30 Juil - 15:27

@Fridsou
Monsieur vous êtes impoli
Si vous voulez ajouter des informations au Forum OK
Mais abstenez vous d’insulter par vos propos les autres membres du Forum
avatar
manel
Un(e) des esprits PhilDz
Un(e) des esprits PhilDz

Nombre de messages : 690
Age : 50
Localisation : ORAN
Collection : Coins datés d'algérie avant l'indépendéance
Date d'inscription : 29/02/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Identifié une Medaille de propagande francaise en Algérie

Message par Fridsou le Ven 30 Juil - 15:38

manel a écrit:@Fridsou
Monsieur vous êtes impoli
Si vous voulez ajouter des informations au Forum OK
Mais abstenez vous d’insulter par vos propos les autres membres du Forum


Bonjour,

Vous, vous êtes poli pour me traiter d'impoli
J’insulte personne, j’utilise mon droit à la réponse, il pouvait m’écrire un message personnelle pour me parler de la réponse qu’il n’a pas eu, je n’avais même pas remarqué son message mais passer pour un donneur de leçon, non et merci.
Je dérange sur le forum, pas de problème je me retire

Merci et Bonne journée
avatar
Fridsou
Accros
Accros

Nombre de messages : 332
Localisation : Saint Bruno, Québec
Collection : Numismatique d'Algérie
Date d'inscription : 26/04/2010

http://algerie-numismatique.e-monsite.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Identifié une Medaille de propagande francaise en Algérie

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum